• Timeline de la ville de Bezons
  • Page facebook de la mairie de bezons
  • Page twitter de la mairie de bezons
  • Cartographie de la ville de Bezons
  • Page youtube de la mairie de Bezons
Vous êtes ici :

Actualités

Gwenn Herbin : tisseuse de lien social

Solidarité

Les difficultés quotidiennes ont souvent tendance à nous isoler les uns des autres. À partir des fils rompus de relations de voisinage étiolées entre locataires AB-Habitat, Gwenn Herbin tisse à la Fabrique Solidaire de Bezons du lien social flambant neuf.

Animer les actions de la Fabrique Solidaire de Bezons est pour Gwenn Herbin, bien plus qu’un emploi : un engagement. Au 147 rue Édouard-Vaillant, ou au cœur des actions décentralisées partout où habitent les locataires de AB-Habitat, formée à la médiation culturelle, la salariée de la coopérative HLM a le même sentiment : « je fais un travail vraiment utile en accord avec mes convictions solidaires. » Rien à voir avec certaines annonces labellisées animation culturelle par Pôle Emploi, où, renseignement pris, il s’agissait de faire le lutin dans un centre commercial ! « La culture populaire, celle qui permet de s’émanciper, c’est très différent.»

La cheville ouvrière

À la Fabrique Solidaire de Bezons, Gwenn Herbin se sent comme un poisson dans l’eau. Dans d’autres expériences professionnelles, elle a connu les paillettes du festival de Cannes, la vie d’une assistante, la gestion d’un cinéma de quartier...  Mais la médiation culturelle était son objectif. Quand Véronique, une locataire affairée à préparer des décorations de Noël, assure que « venir à la Fabrique ça fait du bien, sans cela il y aurait un trou dans ma vie », Gwenn sourit. « Nous nous efforçons d’aider les gens à vivre mieux. »

« Si le projet novateur développé par AB-Habitat réussit, c’est grâce aux locataires », assure la chargée d’animation culturelle. Elle est la cheville ouvrière à Bezons du projet lancé en décembre 2016. Mais au fait, que produisent donc ensemble Gwenn, avec Oualid et Anthony en contrat de service civique, et les locataires ? « On fabrique du vivre ensemble avec toutes les valeurs qui vont avec : savoir s’entraider, savoir se respecter, partager et échanger sur tous les sujets. L’individualisme se développe dans la société. La vie est difficile pour beaucoup de gens. Ils se referment. Mais survivre ce n’est pas vivre. Dans le fond, les gens ne sont pas plus égoïstes qu’avant. Ils sont simplement perdus. »

La preuve par la Fabrique Solidaire !

La jeune médiatrice culturelle ne partage pas les images négatives trop souvent associées au logement social. Elle s’insurge : « il faut arrêter de caricaturer, de ne mettre en avant que ce qui va mal. » Vision angélique ? Opinion très documentée plutôt ! Elle a grandi à Nanterre dans un logement social. Un endroit où « tout le monde se connaît, se parle, s’entraide ».« Les difficultés quotidiennes réduisent l’attention aux autres. Mais ce n’est pas irrémédiable », assure Gwenn Herbin. La preuve par la Fabrique Solidaire !

Alors d’atelier de création de décorations de Noël en session de jeux vidéos, des goûters récréatifs aux échanges de recettes de Noël, aussi gaiement qu’opiniâtrement Gwenn aide les locataires de tous âges à tisser des liens sociaux dans leur immeuble, leur cité, et au-delà dans Bezons. Entre bricolage et utopie sociale assumée. « Il suffit souvent d’un rien pour que les locataires se découvrent les uns les autres. Une fois qu’un problème est partagé on trouve toujours des solutions. Mais c’est bien quand le contact entre les locataires n’existe pas qu’en cas de besoin. »