• Cartographie de la ville de Bezons
  • Page facebook de la mairie de bezons
  • Page twitter de la mairie de bezons
  • Page instagram de la mairie de Bezons
  • Page linkedin de la mairie de Bezons
  • Page youtube de la mairie de Bezons
  • Page application Bezons Futee

Portrait - Une famille en Coeur de ville, avec vue sur ciel !

Rencontre

Locataires depuis 10 ans à Rueil-Malmaison (92), Véronique et Édouard, résignés, avaient renoncé à acheter leur logement. Trop cher ! Et puis, par hasard, ils ont découvert Bezons. Et le « Coeur de ville ». Ils habitent depuis août, avec leurs deux enfants, un quatre pièces au dernier étage d’une des résidences. Le rêve !

Portrait paru dans le Bezons Infos n°428 d'octobre 2021 - Propos recueillis par Dominique Laurent.

« Nous sommes impatients que tout soit achevé, que les commerces ouvrent. Le Coeur de ville va amener du monde, il y aura de la joie de vivre.» Véronique, 39 ans, et son mari Édouard, 44 ans, sont en pleine installation, leur dernier étage. Pas de voisins bruyants au-dessus et vue… sur le ciel ! Seul regret : ne pas avoir de cave. Mais sans l’éco-quartier du centre-ville, ils ne seraient toujours pas propriétaires.

Mariés l’an passé - la fête reportée pour cause de Covid aura lieu bientôt - ils sont ravis de faire partie des riverains du « Coeur de ville ». C’est leur premier achat immobilier. Inespéré. « Nous nous étions résolus à ne pas acheter en région parisienne. Les prix étaient trop élevés. Or, conjuguer nos contraintes professionnelles pour partir en province était très compliqué. J’ai découvert Bezons grâce à une collègue de travail. Et le quartier, par hasard, en visitant un appartement », explique Véronique.

L’aboutissement de deux ans et demi d’attente

Plusieurs fois, Véronique est revenue, faisant le tour du chantier, avec les enfants. Lors d’un goûter impromptu à la Grâce-de-Dieu, elle a découvert la maquette du « Coeur de ville », dans la boutique éphémère d’un promoteur. C’est là qu’elle a appris que la vente d’un quatre pièces au dernier étage était en cours d’annulation. Édouard et Véronique n’ont pas en octobre 2018 laissé passer leur chance. « Avec mon mari, nous avons été séduits par l’éco-quartier avec ses commerces de proximité, infrastructures, cabinet médical, restaurants ». Il a fallu patienter deux ans et demi avant d’emménager.

Aujourd’hui, en emmenant Maxime (4 ans) et Lucy (8 ans) à l’école Victor-Hugo, elle peste après les propriétaires de chiens indélicats. Il n’empêche : « Avoir un espace vert comme le parc Bettencourt en bas de chez nous est une chance. Les enfants peuvent faire du vélo ou de la trottinette. »

En allant au marché, Véronique a découvert la proximité du Théâtre Paul-Eluard. La famille se promène beaucoup dans la ville. « Nous sommes à Bezons pour une douzaine d’années au moins, le temps que les enfants fassent leurs études. Autant nous y acclimater activement ! » Au chapitre bémols, la difficulté à trouver une place de stationnement complique la visite d’amis. Mais, « la piscine toute proche est top. Je me suis renseignée pour le fitness. Les équipements sont très récents. » Tous deux sont motards. Édouard travaille dans le secteur informatique à Saint- Cloud (92). Véronique, dans le secteur de la formation à Paris, n’utilise plus sa moto au quotidien. « Avec le tramway, je gagne du temps. Je ne voulais pas plus d’une heure et demie de transport pour jouer pleinement mon rôle de maman. » Elle espère d’ailleurs devenir représentante de parents d’élèves. Et les groupes « WhatsApp » du « Coeur de ville » ? « C’est une super initiative. Nous sommes au courant de tout. Nous connaissons déjà nos voisins ! »

la ville pour tous