• Timeline de la ville de Bezons
  • Cartographie de la ville de Bezons
  • Page facebook de la mairie de bezons
  • Page twitter de la mairie de bezons
  • Page instagram de la mairie de Bezons
  • Page youtube de la mairie de Bezons
Vous êtes ici :

Actualités

Frédéric Périgois, de Bezons à Compostelle, à vélo

Rencontre

Frédéric Périgois tient le magasin Périgois Cycles, rue Gabriel-Péri depuis 1991. Passionné de vélo, il vient de traverser une partie de l’Europe sur son deux-roues. Au compteur : 5 000 kilomètres, en 27 jours.

Quand le besoin d’évasion se fait ressentir, certains prennent un billet d’avion et partent se détendre sur une plage. Frédéric Périgois, lui, chevauche son vélo et parcourt 5 000 kilomètres ! Plutôt peu commun, même pour cet ancien coureur cycliste, qui compte à son actif 35 victoires en championnat régional. De Calais, il est allé en Grande-Bretagne, a traversé le pays pour rejoindre l’Écosse puis il est redescendu en Irlande avant de regagner la France, en Bretagne, dans les Landes avant de finir son parcours en Espagne, à Saint-Jacques-de-Compostelle. Tout cela, au rythme de 200 kilomètres par jour, avec deux sacoches de 15 kilos accrochées à son deux-roues. Un défi comme un autre, presque ordinaire, pour celui qui aime se fixer toujours de nouveaux objectifs. Celui-ci, il en a décidé en janvier dernier. « Je n’ai pas voulu m’imposer un entraînement surhumain, j’ai fait beaucoup de musculation à la maison, j’ai lu des témoignages de voyageurs, j’ai aussi médité pour me préparer, car dans ce genre de périple, c’est aussi la tête qui guide le vélo », explique-t-il.

Qu’il pleuve et vente en Irlande, que le thermomètre chute à -2° en Écosse, que la chaleur s’abatte sur l’asphalte en Espagne. « J’ai vécu des étapes très dures, où seul le mental m’a permis de ne pas renoncer », confie-t-il. Ajouter à cela 45 minutes d’auto-massage des jambes et du dos chaque soir pour pouvoir repartir le lendemain. Et des repas bien copieux pour recharger les batteries. « Je mangeais comme deux ! Mais je suis revenu avec douze kilos en moins ». C’est aussi grâce à une bonne connaissance du vélo, son domaine de prédilection, que Frédéric est arrivé au bout de ces 5 000 km. « J’avais anticipé les dénivelés et tout prévu en cas de problème mécanique ». Heureusement, pas de grosse panne à déplorer durant son parcours, à l’exception de trois crevaisons. « Toutes dans les Landes, à cause des aiguilles de pin ! » 


Une aventure humaine 
La performance de Frédéric est aussi sportive qu’humaine. « J’ai été touché par l’élan de gentillesse des personnes que j’ai rencontrées, qui m’ont parfois invité chez eux et offert le logement et le couvert ». Et même s’il vit cette aventure seul, sur la route, il s’est toujours senti accompagné. Soutenu. « J’ai partagé mon périple sur les réseaux sociaux et ça faisait chaud au coeur chaque matin de recevoir des messages d’encouragement. Ça vous booste ». La beauté des lieux qu’il traverse est un autre moteur.  « On en prend plein les yeux, toute cette nature, ces paysages magnifiques que je ne connaissais pas. »  Au-delà du défi sportif, son périple est effectivement riche de découvertes. « En vélo, on ne regarde pas autour de soi de la même façon qu’en voiture. C’est une autre manière de découvrir un pays. » Son plus beau souvenir ? « Mon arrivée dans le nord de l’Écosse, sur cette plage paradisiaque, j’avais l’impression d’être parvenu au bout du monde.» Cette expérience magique, cet exploit sportif, Frédéric continue de le partager de retour à Bezons. « Beaucoup de clients m’ont suivi sur les réseaux, ça donne même des idées à certains ! » Pour l’heure, pas d’autre périple de ce genre en vue pour le commerçant bezonnais, qui commence seulement à récupérer de sa course. « Mais pourquoi pas essayer de me relancer dans la compétition l’an prochain ? » envisage déjà le cycliste.