• Timeline de la ville de Bezons
  • Page facebook de la mairie de bezons
  • Page twitter de la mairie de bezons
  • Cartographie de la ville de Bezons
  • Page youtube de la mairie de Bezons
Vous êtes ici :

Actualités

100 ans après, la Paix toujours fragile

Le maire

L'édito du maire, Dominique Lesparre, pour le mois de novembre.

Il y a cent ans, le 11 novembre 1918, l’Armistice était signé marquant la fin de la première guerre mondiale.


Chaque ville, chaque village de France, a sa stèle, son monument aux morts. Là-même où ces hommes vivaient et travaillaient. Et pour cause ! Un million et demi de Français ont été massacrés. 52 % des jeunes âgés de 20 ans en 1914 ne sont pas rentrés chez eux. Parmi tous ces poilus fauchés, 263 Bezonnais.


Ils n’étaient ni des soldats, ni des aventuriers, ni des guerriers. Juste de jeunes hommes paysans et ouvriers. Aujourd’hui comme hier, ces guerres engagées par les grands Etats, les firmes multinationales, n’ont jamais épargné les peuples, ni contribué à leur droit au développement, à la liberté et à la prospérité. Leurs seules visées : les dominations économiques et politiques.


En France, notre sécurité est entre les mains d’un seul homme : le Président de la république, chef des armées. Les citoyens n’ont pas leur mot à dire concernant ces dépenses militaires (34 milliards cette année, 50 milliards en 2025).

Combien de projets de développement humain et social pourraient être financés avec ces 10 % du budget national de la France consacrés au surarmement ? Quand on pense que celui de la culture atteint à peine 1 % !

Comment ne pas être indignés de savoir que seulement 5 % des dépenses militaires mondiales pendant 10 ans permettraient, selon le programme des Nations Unies pour le développement, de résoudre les principaux problèmes de l’Humanité : la faim, l’alimentation, l’eau, l’analphabétisme, les maladies...

La situation sur tous les continents et tout particulièrement en Irak, en Afghanistan, en Palestine occupée… vient malheureusement confirmer qu’il n’y a pas d’avenir dans le règlement militaire des conflits. Pire encore, ce sont les populations civiles qui fournissent le contingent le plus important de victimes, parmi lesquelles des centaines de milliers de réfugiés fuyant leur pays.


C’est pourquoi, les peuples doivent peser sur les choix de leurs gouvernants afin que cesse le détournement de milliards d’euros et dollars destinés à entretenir un monde violent et injuste.